Le marché des cessions de fonds de commerce

 

Moins de 40 000 transmissions de fonds de commerce l'an dernier




 

 


Les derniers chiffres statistiques connus - source BODACC - en 2016/2017, sont ceux de l'activité de l'année 2015 au cours de laquelle, un peu moins de 40 000 activités ont changé de mains. Ce chiffre est en recul de 9,1 % par rapport à l'année 2014 et inférieur de 10 % à la moyenne des cinq dernières années.

Plus nombreux, le commerce de détail et la restauration comptabilisent cette année à eux seuls, 16 000 transactions. Cependant, la restauration connaît depuis trois ans un recul sensible du nombre d’opérations tombant de 10 000 reprises en 2012 à moins de 8 000 pour l'année 2015. Ce serait, d'après les statisticiens, une explication de la baisse du nombre de transactions en 2015. Corrigé des opérations atypiques ou non récurrentes, comme il en était le cas dans le commerce de magasins multi-rayons en 2014, le volume des échanges n’aurait reculé que d’un millier d’unités en 2015 et les deux tiers seraient imputables à la seule activité de restauration.

 

La reprise est portée à 46 % par des créateurs d’entreprises. Cependant, ce taux de 54 % en 2011, a tendance à baisser sur cinq ans. Le recul des achats de fonds de commerce dans la restauration explique là encore pour partie cet effritement : 80 % des activités de restauration sont en effet reprises dans le cadre d’une création d’entreprise.

cession-de-fonds-ce-commerce La valeur moyenne des transactions accuse une baisse de 5,1 % sur un an, juste sous les 180 000 €. Ce montant est inférieur de 10 000 € à la moyenne des cinq dernières années mais demeure au-dessus des valeurs enregistrées sur les années 2008 à 2010 (175 000 €). C’est dans la pharmacie que les prix sont en moyenne les plus élevés (1 062 000 €).

 

Les valorisations approchent aux environs de 370 000 € dans l’hôtellerie, 260 000 € dans l’optique, 200 000 € en boulangerie. Les fonds de commerce se sont échangés autour de 160 000 € en restauration traditionnelle ou débits de boissons, 140 000 € dans l’habillement de détail, 100 000 € en maçonnerie générale, 80 000 € en restauration rapide et sous les 60 000 € en coiffure ou soins de beauté. Rapportés au chiffre d’affaires du vendeur, ces prix représentent en moyenne quatre mois à un an d’activité.

 


Les fonds de commerce sont particulièrement pérennes
lorsqu'ils sont repris par des créateurs d'entreprises

 


Le nombre de reprises reculerait de 2,6 % en 2015 et la baisse serait deux fois moins importante (- 1,3 %) hors activité restauration.
Si le nombre de repreneurs est en léger recul, ces reprises conservent une remarquable pérennité. En effet, près de 88 % de l’ensemble des repreneurs en 2011 sont encore actifs en 2015.

Toujours en 2011, seuls 85 % des repreneurs créateurs sont encore 85 % à toujours être en activité cinq ans plus tard. La création d’une entreprise par reprise d’un fonds de commerce demeure donc bien davantage pérenne. Une précision que les marchands de biens pourront mettre à profit lors de la recherche d'acheteurs de leurs biens...


Il n'est pas inutile de rappeler que l’INSEE observait un taux de seulement 51,1 % de survie à cinq ans pour les entreprises créées en 2006.

Autres articles sur le même thème :
Statistiques sur le commerce, l'hébergement et la restauration.
Commencez maintenant votre activité de marchand de biens. Dossier et statuts. Accès

 


 

© Éditons Juridiques Pratiques - Devenir-MarchandDeBiens.com - 111, avenue Victor Hugo 75784 Paris cedex 16

Contact par mail - REGISTRE DU COMMERCE : Paris 510515661 - Tél : (messages SMS) 07 83 29 39 54 -
HEBERGEMENT : OVH 59100 Roubaix. DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : John Martial.